Un projet d’urbanisme pour rendre Toulouse aux Toulousains

Partager par e-mail Partager sur Twitter Imprimer cette page Diaporama

Source : Bâtiactu 21/10/2011

Michel Desvigne et Joan Busquets ont dévoilé leur schéma directeur pour le réaménagement urbain et paysager du centre ville de la Ville Rose : remettre la Garonne et le Canal du Midi au centre de l’espace urbain et favoriser les déplacements doux pour que les Toulousains se réapproprient leur centre ville.

Le réaménagement du centre ville de Toulouse a été présenté par l’équipe d’architecte Bau-B, menée par Joan Busquets, associée au paysagiste Michel Desvigne et au designer urbain Marc Aurel.
Lauréats du concours en novembre 2010, ils ont conçu un schéma directeur qui doit redonner de la lisibilité, de la cohérence et de l’attractivité au centre ville.
Ce « plan-guide » permettra aussi de revaloriser et hiérarchiser les espaces du centre ancien, mais surtout de concevoir et planifier l’articulation entre les modes de déplacements doux et les transports publics collectifs.

Les axes forts de ce schéma directeur reposent, entre autres, sur le retour de l’Eau dans l’espace toulousain avec la revalorisation de la Garonne et le Canal du Midi.

Sur la question de la mobilité, des déplacements et du stationnement. La solution de l’équipe de Bau-B et du paysagiste s’appuie ainsi sur un nouveau et meilleur partage de l’espace public entre les différents modes de déplacement et de circulation, sans que cela soit au détriment d’un accès efficace aux activités du centre-ville. Cela impliquera un « changement de culture », indiquent-ils, condition sine qua non pour la réussite de ce projet.

Concrètement, l’intérieur des grands boulevards sera traversé « d’épines vertes » plantées d’arbres - les rues en épine, à la manière de rayons partent de la vieille ville à la périphérie, peuvent relier les quartiers par des discontinuités urbaines. Une végétation spécifique accompagnera le marcheur de la célèbre place du Capitole vers la Garonne qui deviendra un lien entre les rives droite et gauche ; le Canal du Midi redeviendra « une grande avenue de la ville », et non plus un cours d’eau assez ignoré flanqué d’avenues engorgées.