Réseau électrique intelligent : Toulouse ville test !

Partager par e-mail Partager sur Twitter Imprimer cette page Diaporama

Dans le cadre du projet SOGRID, la ville de Toulouse fait l’objet d’une expérimentation de terrain afin de tester le réseau d’électricité du futur.

Lancé en 2013 par ERDF et 10 partenaires, SOGRID a pour objectif la création d’une chaîne de communication capable de rendre le réseau pilotable en temps réel. Cela devra engendrer l’optimisation de la distribution d’électricité au cours de la journée.

Pour cela, le projet SOGRID invente et teste des instruments capables d’informer sur la situation du réseau en temps réel afin de pouvoir maintenir l’équilibre entre la production et la consommation d’électricité.

JPEG - 70.3 ko
Vue d’ensemble du dispositif SOGRID
Crédits : ERDF.

En deux ans, les chercheurs du projet ont mis au point cinq équipements qui vont être déployés à différents points du réseau :

  1. Chez le consommateur (réseau basse tension) avec l’installation d’un compteur communiquant qui peut recevoir et envoyer des données,
  2. Un second appareil « data concentrateur » sera chargé de récupérer les données des compteurs et de les traduire dans un langage adapté au réseau haute tension,
  3. Dans les transformateurs, un T-pass, a été installé pour faire transiter les données montantes et descendantes,
  4. Sur le réseau haute tension, un capteur coupleur moyenne tension permet de mesurer la tension et le courant,
  5. Le coordinateur CPL-HT, aucœur du dispositif : assure la réception et l’envoi d’informations sur le réseau moyenne tension.

Première mondiale lancée à Toulouse, ce test qui associe un millier de particuliers et d’industriels de la région va durer un an.

Sogrid bénéficie d’un budget de 27 millions d’euros :

  • 12 millions d’euros de l’Adème dans le cadre des investissements d’avenir,
  • le reste étant à la charge des différents partenaires : ERDF et STMicroelctronics, avec les industriels Nexans, Sagemcom, Landis + Gyr, Capgemini, les PME Trialog, Lan, les partenaires universitaires Grenoble INP avec le LAAS-CNRS de Toulouse, l’École polytechnique.