Le premier écoQuartier privé de France à Castres (81)

Partager par e-mail Partager sur Twitter Imprimer cette page

Source La Dépêche 31/07/2012

Les Côteaux de Saint-Hippolyte, tel sera le nom du premier écoQuartier privé de France. 160 logements plus des résidences seniors s’érigeront sur 17 hectares où tout sera pensé pour vivre activement le développement durable.

Le premier écoquartier « privé » de France va naître sur les Coteaux de Saint-Hippolyte. Xavier Irigoyen a créé une société éponyme après avoir acquis la maîtrise foncière d’un lot de terrains couvrant 17 hectares, idéalement placés face aux Pyrénées, et au-dessus de la zone commerciale du Siala.

SEULEMENT 15 KW HEURE/AN

Là, va s’élever un habitat diffus… et surtout passif ! C’est-à-dire qu’en terme de consommation énergétique, il s’avérera neutre. Puits canadien, ventilation double flux, isolation ultra-performante, étanchéité à l’air, orientation nord-sud… Tout cela nous amène à une consommation de 15 kW/heure par an, contre 45 pour le Bâtiment basse consommation, explique Xavier. Sachant que la norme « maison passive » devient obligatoire en 2020. Jusqu’alors, les écoQuartiers restaient l’initiative de collectivités. Nous suivons la trame fixée par L’Appel à projets 2011 du Ministère du Développement durable. 150 pages sur les quatre idées principales.

UNE PASSERELLE VERS LA ZONE

Cet habitat prendra diverses formes, favorisant une réelle mixité sociale :

  • villas individuelles avec terrains de 400 à 1 000 m2 ;
  • maisons accolées dites en bande (mitoyennes sur deux murs) ;
  • petits collectifs en R + 1.

En tout, 160 logements, sans compter une résidence seniors faite de petits appartements (de 50 à 70 lits). Le tout s’insérera dans un véritable concept « développement durable » :

  • mail encadré d’arbres entre les maisons en bande ;
  • belvédère pour admirer les Pyrénées ;
  • cheminements mixtes vélos/piétons ;
  • mise à disposition de vélos électriques ;
  • coulée verte au milieu du site et voie verte sur tout le pourtour ;
  • espace pour de petits commerces de proximité ;
  • containers pour tris sélectifs ;
  • une seule voie de circulation à double sens, les autres pénétrantes carrossables étant à sens unique ;
  • création d’un petit verger et d’un parc (de 3 000/4 000 m2)…

Et Xavier de préciser : « Les constructions seront libres, ouvertes à tout pavillonneur... pour peu qu’il se conforme à un cahier des charges précis. Le projet sera en amont visé par notre architecte conseil Daniel Enguilabert. »

Bonus : « Via un partenariat qui reste à définir avec Géant-Casino, une passerelle serait créée au-dessus de l’Agout pour faire la jonction avec la zone, ajoute Xavier Irigoyen. Il faut dire que le projet va amener quelque 500 personnes vivant en permanence sur le secteur. »

Le permis de lotir a été déposé mercredi dernier. Le début des travaux pourrait intervenir début 2013 : « Nous aurions trois tranches ; le début des constructions, 2e semestre 2013, porterait sur une quarantaine de maisons. Fin des opérations : 2015. »

UN CONCEPT TRÈS PRÉCIS ET DES COMPÉTENCES

Selon les directives du ministère du Développement durable, la conception d’un écoQuartier a pour objectif de proposer des logements pour tous dans un cadre de vie de qualité, tout en limitant son empreinte écologique. Pour ce faire, un écoQuartier doit respecter les principes du développement durable :

  • promouvoir une gestion responsable des ressources ;
  • s’intégrer dans la ville existante et le territoire qui l’entoure ;
  • participer au dynamisme économique ;
  • proposer des logements pour tous et de tous types participant au « vivre ensemble » et à la mixité sociale.

Pour son projet, Xavier Irigoyen s’est attaché des compétences multiples dont : société Papyrus (Sandrine Fredon) pour la maîtrise d’œuvre ; Christophe Duhem pour expert géomètre ; Sophie Hochart, Sarl Complément Terre (de Merville) comme architecte paysager.