Adream, nouvelle plateforme de recherche du laboratoire de Toulouse (31)

Partager par e-mail Partager sur Twitter Imprimer cette page Diaporama

Source ToulEco 03/07/2012

C’est un bâtiment unique qu’inaugure le Laas-CNRS ce mercredi 4 juillet. Adream sera à la fois la nouvelle plateforme de recherche du laboratoire toulousain en matière de robotique notamment, mais aussi un projet scientifique autour des questions de performance énergétique.

Six équipes de recherche ont pris leurs quartiers dans le nouveau bâtiment expérimental Adream, sur le site du Laas-CNRS à Toulouse. « Elles en seront à la fois les premiers utilisateurs mais aussi les cobayes », explique Michel Diaz, coordinateur du projet. Car ce nouvel équipement, dédié à l’optimisation énergétique et aux objets communicants, est à la fois une plateforme de recherche et un projet en lui-même.

6.000 à 7.000 données collectées en temps réel

Les performances énergétique et thermique du bâtiment Adream seront en effet étudiées en temps réel par une batterie de capteurs intégrés à la structure. 6.000 à 7.000 données seront ainsi collectées toutes les 1 à 5 minutes. L’occasion aussi d’analyser les 700m² de panneaux photovoltaïques installés sur le toit et l’une des façades, ou encore les systèmes de géothermie intégrés, parmi lesquels un puits canadien.

Mais Adream accueille donc aussi des équipes en son sein. Elles travailleront notamment sur la robotique domestique et aux objets communicants, le tout sur un plateau modulable situé en rez-de-chaussée et permettant de reconstituer des lieux de la vie quotidienne. L’objectif n’était pas de construire une maison du futur qui aurait été vite obsolète », précise toutefois Rachid Alami, en charge du volet robotique. Adream aura en revanche pour vocation d’accueillir des entreprises ou des chercheurs venus d’autres disciplines afin de mener des actions de recherches en partenariat.

Une dizaine de dépôts de brevets

7,2 millions d’euros ont été nécessaires pour la réalisation de ce projet ayant reçu l’appui financier de l’Europe, des collectivités locales et du CNRS. Un investissement qui bénéficiera à une large communauté : « tout ce que nous avons fait sera publié et toutes les données seront disponibles », assure en effet Michel Diaz. Adream devrait également donner lieu au dépôt d’une dizaine de brevets.

JPEG - 81.1 ko
Bâtiment expérimental Adream sur le site du Laas-CNRS à Toulouse (31)
Crédits : ToulEco.